A écouter Stéphane Guillon il semblerait que certains chers auditeurs de Paris Inter, (pardon) France Inter ne soient plus en mesure d'écouter la différence. Qu'ont -ils entre les oreilles?
Ce n'est pas parce qu'ils utilisent le mail qu'ils sont modernes. Ils font probablement partie de cette catégorie qui écrivait à la plume des lettres acerbes à la direction pour dénoncer Pierre Desproges et "Ses chroniques de la haine ordinaire"
A l'époque de l'ORTF eux ou leurs parents dénonçaient aussi cette incongruité que sont "les shadoks"
Quatre mois de présence avec des hauts et quelques bas c'est normal. Aujourd'hui Stéphane était en forme.
Le plaisir de cette chronique vaut aussi par les "gloussements"  qui ne sont que des  "fous rires"  saines réactions de l'équipe en studio.
Une mention particulière pour Agnès et Patrick dont la culture shadok ne semble pas être usurpée.