Le gros de la vague est passé, la présence de Pierre Desproges dans les médias se fait plus discrète. Qu'aurait-il pensé de toutes ces commémorations.

Ne pourrait-on pas suggérer à ceux qui nous gouvernent de décréter que chaque matin l'institutrice ou l'instituteur lise un de ses textes aux chères tête blondes, (ce n'est qu'une formule!) on aurait pu dire noires, brunes, rousses, châtain foncé ou clair, multicolores, lisses, plates, frisées, tressées, sculptées au rasoir, à la tondeuse, mais nullement grises car ce n'est pas de leur âge.

Ainsi, le désormais professeur des écoles, y trouvera matière à illustrer la leçon de morale que les parents ou grands parents des petits écoliers écoutaient chaque matin en rêvant de temps en temps au JEUDI, je dis bien jeudi et quand je dis jeudi je dis jeudi.....

mais là je déblogue....

En attendant voici une partie de l'article de Guy Konopnicki dans un récent numéro de Marianne.

2008_05_30_211636_dep_2

2008_05_30_211442_des

desproges0002

Etonnant non!