La dernière représentation qui a eu lieu mardi soir fut une réussite. Un vrai régal mais je laisse aux vrais spécialistes le soin de donner leur avis éclairé.

Marcello et Rodolfo m'ont paru être en deça de leur possibilité au tout début de la représentation, tract, voix pas assez échauffée? Mais très vite, passée cette phase délicate, la représentation atteint un excellent niveau et l'snsemble de la troupe donne la mesure de leur réel talent. Un grand bravo à Mimi, Nathalie Manfrino, Musetta, Gabrielle Philiponet, Rodolfo Ricardo Bernal , Marcello , Marcle Barrard ainsi qu'au reste de la troupe qui n'a pas pu se présenter en totalité sur la scène et recevoir les applaudissements mérités du public.


la boheme    la boheme 2


Quelques impressions 

Assis très tôt dans mon fauteuil , il me plait d'observer avec curiosité ce qui se passe dans la salle et plus particulièrement dans la salle et surtout dans la fosse d'orchestre. (L'endroit le plus animé avant le début de la représentation!) .. Certains pupitres s'installent très tôt, préparent minutieusement leur instrument, les accordent, jouent quelques notes. Des musiciens, font comme au bureau ou à l'usine  commencent par échanger quelques mots par groupes de 3 ou 4 ( les derniers potins?). Les cors paraissent plus sérieux et moins distraits ou dissipés que certaines cordes ( Cela est peut-être du à la nature de leurs instruments.)

Mais le plus choquant est l'attitude singulière, qui peut apparaître désinvolte, d'une musicienne (violon ou alto ?) qui vue sa place dans l'orchestre doit occuper un poste important dans la hiérarchie que représente une formation musicale.

Elle ne précède l'entrée du chef que de quelques minutes, salue longuement ses collègues, bavasse, minaude avec deux ou trois de ses collègues, prend tout son temps pour préparer son instrument alors que le reste de l'orchestre est fin prêt, à tel point que l'on peut se demander si elle sera prête au moment de l'entrée du chef.....

Je ne ferai aucune remarque qui pourrait apparaitre comme déplacée sur le choix de sa tenue de scène (a-t-elle conscience de l'effet que cela pourrait produite sur le public?). Etre dans la fosse, n'interdit pas au public de voir ce qui s'y passe (CQFD).A l'entracte, le même scénario se produit.

Mais recommencer ou poursuivre ses babillages dès la dernière note jouée en restant assise, ignorant la troupe, alors que une grande partie de l'orchestre salue la prestation des chanteurs et les applaudit avec le public est un comportement désinvolte.

Elle ignore la venue sur scène du chef venu saluer avec les chanteurs saluer avec les chanteurs. Lorsque ce dernier demande à l'orchestre de se lever pour saluer, il faut que ce soit ses "groupies" qui la rappellent à l'ordre.

 Cette "corvée passée" elle s'éclipse comme un éclair de la fosse, la salle continuant d'applaudir à tout rompre.

Ce détachement à la limite de l'incorrection me semble être assez fréquent chez membre de l'orchestre d'où ce déblogage !

 

Certes je déblogue mais je ne suis pas toujours le seul.